Une page du livre familial se tourne.

Je reviens ici avec le même sujet que le dernier article. Davantage que la transmission, aujourd’hui il s’agit de partage.

Une page se tourne mais le livre reste ouvert…

Je vous ai souvent parlé d’une grand-mère couturière, la maman de mon papa. Elle est décédée alors que je n’étais pas encore née. J’ai donc connu son mari, mon grand-père et mes deux grands-parents maternels. La maman de ma maman était une femme très discrète. Elle ne parlait pas beaucoup, elle pouvait paraître froide et distante. Ce n’est pourtant pas le souvenir que je garderai d’elle. Je parle au passé,en effet, elle est partie rejoindre mes autres grands-parents la semaine dernière. A la différence de ma grand-mère couturière, j’ai connu ma mamie et pourtant il est moins évident de nous trouver des points communs. A part ses pommettes rougissantes !!! Je me souviendrai de deux discussions d’adultes.

Deux moments de partage marquants

La première discussion a eu lieu dans sa chambre en 2013. J’ai décidé un jour que j’étais chez elle de lui parler de sa famille, je voulais qu’elle me montre ses photos, qu’elle me raconte ses ancêtres et sa vie. Au moment où j’ai créé Rion, au moment où j’ai retrouvé plein de photos du côté paternel, j’ai eu envie d’en savoir plus de son côté. J’ avais perdu mon grand-père, son mari, à l’âge de 10 ans. C’est donc elle et ma maman qui pouvaient me parler de leur vie de famille. J’ai voulu faire figurer ses photos sur mes accessoires. 

Un premier échange, en 2013, autour de photos de famille

Pour utiliser ses photos, j’avais besoin de savoir si cela lui évoquait de bons ou de mauvais souvenirs. Je me suis donc assise dans sa chambre à côté d’ elle. Je me souviens de la sensation qui m’habitait à ce moment là : j’oscillais entre la gêne, la curiosité, l’envie de comprendre, la soif de découvrir d’où je venais. Nous avons feuilleté ses albums photos pendant plusieurs heures et j’avais l’impression de partager quelque chose de grand.  C’était une grand-mère taciturne, peu démonstrative, elle ne parlait pas beaucoup mais je me souviens que ce jour-là, elle avait fait l’effort. Elle m’a alors prêté certaines photos. Je me souviens, notamment, de ses yeux qui se sont illuminés quand elle m’a parlé de sa troupe de folklore. A l’appui, cette photo, que j’aime tant, la troupe est attablée en tenue de folklore, je l’ai beaucoup utilisé à l’époque. 

Photos de mamie

Mamie- folkore

Adolescence en période de guerre

Je me souviens aussi d’un évenement plus douloureux dont elle m’a parlé, celui de l’adolescence en période de guerre. C’était une lettre écrite par elle qui relatait l’occupation de son village. Ce n’était pas une photo mais ça me permettait de la comprendre un peu mieux. Elle était née en 1928, une autre époque. Je me sentais privilégié de connaître ce bout de vie. Je comprenais un peu plus d’où je venais pour savoir j’allais ! Cette génération qui a vécut dans un pays en guerre, comment imaginer ça.  

Une autre époque : les années 50

Ce que ma mamie a bien voulu me confier

La deuxième discussion arrive plus tard, lorsque je suis partie vivre au Mexique. Nous étions dans le jardin de mes parents, à côté de la maison bleue. C’était compliqué pour elle de se déplacer surtout dans la pelouse à l’arrière du jardin, ou tout le monde était parti. Nous étions alors resté toutes les deux sur le banc blanc. Je ne me rappelle plus la manière dont la discussion avait commencé. Seulement, elle m’avait questionné sur mon départ : pourquoi aller ailleurs ? Nous avons dérivé sur sa vie : ses nombreux déplacements en France pour suivre mon grand-père, pour le travail, les postes qu’elle avait occupés. Si je ne me  souviens pas comment cette discussion avait commencé, je ne me souviens pas non plus comment elle s’est finie. Je me rappelle juste, qu’une fois de plus, j’avais ressenti ce privilège d’avoir eu et entendu son histoire et sa version, sa vérité

Ce que je retiendrai

Quand ma maman m’a annoncé son départ, j’ai pensé à ces moments. J’ai ressenti une immense tristesse mélangé à un soulagement. C’est l’ordre normal des choses, elle allait avoir 93 ans. J’aurais voulu la voir une dernière fois pour lui dire au revoir. ​Ça n’a pas été possible mais ce n’est pas grave, je suis heureuse d’avoir vécu ces moments avec elle. Ils sont d’autant plus beaux qu’ils n’étaient pas courants. Les choses inhabituelles ont une certaine saveur, dans cette histoire  le goût du partage et de la transmission justement. J’adorais cette manière qu’elle avait de “dire les mots justes” qui m’enlevait la certitude qu’elle ne comprenait plus ou n’écoutait plus. Elle était bien là, présente, avec nous et ne ratait pas un mot, je crois juste qu’elle n’aimait pas parler, c’est tout. Alors je vais rester sur cette image d’elle et essayer de faire perdurer ses souvenirs et son histoire. (même si je ne suis pas sûre que c’est ce qu’elle aurait voulu, en raison de sa discretion)

Rion, une histoire de famille

Bouquet de fleurs séchées

Cadeau fête des grands-mères

Ce départ me conforte dans l’envie de remettre la famille au cœur du projet Rion. Je vais réutiliser ces photos sur mes accessoires. Elles seront de retour sur la collection été, dans un univers à pois, vichy et fleuri. J’espère que vous accueillerez cette nouvelle collection avec autant d’enthousiasme que j’aurai à la créer.

Auriez-vous envie d’avoir vos propres photos sur vos accessoires ?

Je me pose la question de vous proposer de nouveau ce service, qui était l’essence même de Rion. Vous m’envoyez vos photos par mail et je me charge de tout, qu’en pensez-vous ?  Voici quelques exemples réalisés il y a plusieurs années. Vous aimez ?

Rion personnalisation porte cartes homme

Porte-carte homme – Marie

Rion sac cabat personnalisé vert fleuri pois virginie

Cabat femme – Virginie

 

 

2 thoughts on “Une page du livre familial se tourne.

  1. Moulin

    Oh la la ! Tu me surprends encore ce matin ! Comme elle est bien écrite cette page ! merci
    Et oui j’apprécie toujours mon protège agenda avec la photo de moi bébé dans les bras de Mamoune et toi bébé de l’autre coté, il recouvre aujourd’hui mon carnet de notes pour les cours d’espagnol et sur le Mexique ..
    gros bisous, Môman

    Reply
  2. Rion Post author

    Merci Maman pour ta présence et tes commentaires. Je suis ravie que tu utilises encore ton protège agenda et que les photos tiennent dans le temps ! Ca me conforte dans l’idée de crééer de nouveau des articles avec ces photos ! <3 Merci!

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 2 =