Histoire de famille et transmission

Pourquoi parler de transmission et de famille aujourd’hui?

Aujourd’hui, je vous parle de transmission parce qu’elle est au cœur du projet Rion depuis le début, parce que dimanche c’est la fête des grands-mères et que c’est un peu ma façon de leur rendre hommage.

La genèse de Rion

Je vous ai déjà raconté comment était né Rion dans unprécédent article. Je vais vous en dire un peu plus aujourd’hui. J’ai eu ma première machine à coudre en 2008, ma tante, couturière, m’avait aidé à la choisir pour mon noël/anniversaire. A l’époque, je l’utilisais essentiellement pour coudre des éléments de la décoration de mon appartement. Ensuite, je me suis fait des sacs, des trousses, je customisais mes vêtements, je créais et offrais certaines créations. C’était devenu un passe temps à côté de mon travail de professeur. Deux années après, mon grand-père décédait, sans que l’on s’y attende. L’idée que la vie pouvait s’arrêter d’une minute à l’autre m’accompagne depuis ce jour. Après cela, nous avons rangé (pour ne pas dire vider!) sa maison. Le grenier était une mine d’or. Nous avons retrouvé beaucoup de matériel de couture de ma grand-mère : ses robes cousues par elle même, beaucoup de mercerie, des tissus magnifiques, de vieilles dentelles etc…. Je les ai gardé en me disant que je ne pouvais pas m’en débarrasser. Nous avons aussi retrouvé beaucoup de photos. Dans un coin de ma tête, le projet Rion naissait.

Mercerie et robe fleurie

Mercerie et robe fleurie de mémé

 

L’inspiration d’une histoire familiale riche

Robe rouge fleurie mémé

Robe rouge fleurie mémé

 

Robe mémé - inspiration rétro/vintage

Robe mémé – inspiration rétro/vintage

 

 

 

 

 

 

 

Je devais faire quelque chose avec cette histoire familiale riche, faire perdurer des souvenirs familiaux à travers des accessoires que nous porterions chaque jour. Je ne me voyais pas porter les robes de ma grand-mère. D’abord, parce que nous n’avons pas du tout la même morphologie et aussi parce que ce n’était pas assez moderne! J’aime l’esprit rétro/vintage en petite touche, les utiliser en accessoires devenait alors une évidence. C’était parfait pour des femmes comme moi, qui ont un style discret et simple : j’entends par là, un jean, un pull et le tour est joué! Le projet Rion cheminait dans ma tête :  créer des accessoires à porter pour organiser et enjoliver le quotidien des femmes discrètes mais qui veulent affirmer la part rétro qui les anime. 

Accepter d’où l’on vient pour savoir où l’on va 

 

Le changement de vie

J’ai fait le choix en juin 2012 de ne pas re-signer avec l’éducation nationale. Avec, je crois, toujours cette idée que la vie est beaucoup trop courte pour la subir. Je suis partie, en septembre 2012, au Népal puis en Thaïlande faire du volontariat, voyager et surtout changer d’air. J’ai eu envie d’ailleurs, lassée de l’éducation nationale, il me fallait connaître autre chose que la Lorraine ou je vivais depuis 27 ans, je devais m’ouvrir au monde ! A mon retour, un peu chamboulée par tout ce que j’avais vécu et incapable de mettre des mots dessus j’ai un peu errée en retournant vivre chez mes parents !

La naissance du projet Rion

J’ai commencé mon activité alors que j’étais chez mes parents, j’avais tout plaqué sept mois avant. Je vivais donc en Lorraine où la culture textile est très développée.  En parallèle, je me rendais très souvent à Lille. Une ville appartenant à une grande région de production textile. Il y avait, à l’époque, beaucoup de brocantes de couturières. J’ai alors commencé à explorer ce milieu pour me rapprocher au maximum des tissus retrouvés dans le grenier de mon grand-père. J’ai adoré chiner ces tissus anciens parce qu’ ils avaient une histoire, je rencontrais des personnes qui les avaient achetés pour différentes raisons . J’étais le plus souvent accompagnée de ma maman! Un moment de partage que j’appréciais.  Autant pour les retours de ma maman que pour les échanges que je pouvais avoir avec les vendeuses!  J’avais l’impression de prolonger l’histoire de ces tissus. L’idée que les tissus pouvaient être sales ou abîmés, m’a vite quittée. En tant que couturière, nous prenons toujours soin de nos tissus, nous avons même souvent une technique particulière pour les ranger ! Les tissus étaient donc toujours très propres ! Je trouvais tous les styles mais ce que j’aimais c’était choisir des tissus anciens, ceux qui me rappelaient ma grand-mère.

Le choix de l’artisanat au pays basque

En septembre 2013, j’ai quitté la Lorraine et la petite chambre de chez mes parents pour le pays basque et sa jolie ville d’HendayeEn novembre 2013, j’obtenais mon statut d’artisane couturière. Je me suis nourri de la nature avec l’océan, ses grandes plages, ses montagnes et ses grands espaces et je me suis éloignée des anciens textiles. J’ai commencé à acheter uniquement des tissus neufs (avec toujours un petit style rétro) et j’ai abandonné au fur et à mesure les photos qui habillaient les accessoires. Aujourd’hui, j’ai envie de revenir à mes premiers amours, à ce qui était l’essence même de Rion : de jolies dentelles, d’anciennes photos, des tissus d’époqueBref je vous annonce du renouveau pour 2021! 

nouvelle collection

Nouvelle collection fleurie – mars 2021

La projection pour 2021

Sincèrement, c’est une nouveauté pour moi de réfléchir à pourquoi je fais ça aujourd’hui, pourquoi j’ai choisi de faire de la création textile, pourquoi mes accessoires ont une petite touche rétro. C’est un travail difficile ou on peut vite se perdre mais à chaque fois mon esprit revient dans ce grenier en 2011. Une histoire de transmission avec ma grand-mère, que je n’ai jamais connue mais avec qui j’ai l’impression de partager tellement. Dix ans après, en ce début d’année je vous faisais part de ma volonté de vous partager plus d’inspiration, de motivation et de projets.

Porte monnaie et cartes rétro- mars 2021

Porte monnaie et cartes rétro- mars 2021

C’est chose faite! J’espère que vous appréciez ?!

2 thoughts on “Une histoire de famille …

  1. Moulin

    Hola Marion ! tu me cueilles ce matin ! première lecture du jour qui me bouleverse mais qui fait du bien. Merci pour ce beau message. Gros, très gros bisous. A très bientôt. Môman

    Reply
  2. Rion Post author

    Merci pour ton commentaire Môman, j’espère que bientôt nous pourrons retournés sur les brocantes de couturières, comme à l’époque! Je te remercie, ici, pour tout ce que tu fais pour Rion. Je t’embrasse bien fort. A très vite !

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six + 5 =